Présentation

Le projet « Populations Japonaises »

Redéfinition du rapport entre les sexes, nouvelles formes familiales, chute de la natalité, vieillissement, phénomènes migratoires et précarisation de l’emploi… tels sont quelques uns des enjeux les plus contemporains qui se posent aux sociétés hautement industrialisées et urbanisées, et inévitablement à leurs administrateurs et à leurs politiques.

La société japonaise se présente aujourd’hui, à bien des égards, comme expérimentant des formes extrêmes de ces phénomènes, sinon, sur certains points, comme un futur possible des sociétés occidentales. Et il est vrai que le Japon constitue pour le chercheur un formidable laboratoire, présentant des formes sociales, mais aussi des outils d’analyse, d’une richesse toute particulière. De par son histoire politique tout d’abord, qui permet de cerner précisément les mécanismes de mise en place d’un état centralisé au cours des deux derniers siècles, puis de son retrait sélectif et rapide au cours des deux dernières décennies ; de par son histoire économique ensuite, qui se caractérise par une industrialisation précoce et lourde, puis par l’établissement d’une société de services à l’efficacité exceptionnelle et à la réussite indiscutable, et maintenant une précarisation organisée ; de par ses mouvements migratoires et son organisation spatiale enfin, dont on connaît le caractère extrême et avancé : exode rural et urbanisation, eux aussi précoces, et ayant conduit à la formation d’une mégalopole accumulant les records mondiaux (population, richesse produite, flux pendulaires…).

Il nous semble aujourd’hui important de faire le point sur les évolutions démographiques qu’a connues le Japon moderne et contemporain. Les recherches précédentes montrent clairement l’imposition d’un modèle (en gros : celui de la famille guerrière repensée à travers des catégories anglo-saxonnes) sur une réalité sociale complexe, à la fin du XIXes. On sait d’autre part que les années d’après-guerre, et plus particulièrement la période dite de haute croissance économique (1955-1973) a présidé à la définition d’un nouveau type de famille, une famille « démocratique », et nucléaire, qui est allée de pair avec une homogénéisation des populations, des modèles et des discours, sans précédents. Aujourd’hui, et depuis la seconde moitié des années 1980, les turbulences que subissent les modèles mis en place à Meiji, puis durant la période de haute croissance, sont certaines.

Pourtant une analyse purement historique ne nous semble pas à même de cerner les contre-modèles discutés et vécus par les différents acteurs depuis la deuxième moitié des années 1980. Nous désirons cerner, grâce à une approche résolument pluri-disciplinaire, des perspectives, des tendances, des projets, tentés (par les différents acteurs sociaux), promus (par les médias, les politiques ou les juristes), idéalisés, mais pas encore massivement appliqués. Notre projet se donne ainsi pour objectifs :

1/ La recension et la présentation synthétique des mouvements démographiques les plus récents, nationaux (entre villes et campagnes, entre cœur des villes et banlieues) et internationaux (entre le Japon et ses anciennes colonies ; entre le Japon et les pays lui fournissant de la main d’œuvre);

2/ L’observation des derniers débats juridiques, politiques ou médiatiques au sens large ; des stratégies locales de communautés singulières ;

3/ La prospection à la recherche des contre-modèles proposés par la production artistique traitant des problèmes les plus contemporains (littérature, cinéma…).
 

 

L’équipe     Projets en cours      Projets soutenus      Partenaires

Les commentaires sont fermés.