Les couples mariés dans les romans de Natsume Sôseki

« L’endroit et l’envers des couples mariés dans les romans de Natsume Sôseki », in La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Philippe Picquier, 2011, p.379-388.

Dans le Japon de l’ère Meiji (1868-1912), dans lequel s’inscrit l’univers romanesque de Natsume Sôseki, le taux de divorce a fortement baissé à partir de 1899, soit juste après la promulgation du Code civil en 1898, tandis que le taux de mariage n’a pas connu un tel changement radical. Cette tendance à la stabilité continuera au-delà de la période qui nous intéresse ici, jusqu’aux années 1970. Au tournant du xxe siècle, les liens conjugaux de l’archipel passèrent assez brutalement à une phase de solidité généralisée.

Par une simple déduction, on peut supposer que les couples mariés mis en scène dans les romans de Sôseki appartiennent à la toute première génération de cette stabilité maritale. Etant donné que l’âge moyen des personnages tourne autour de 30 ans, et que l’action des romans, vraisemblablement contemporaine de leur publication, se situe pendant la période allant de 1905 à 1916, leurs mariages, même si les dates ne sont pas mentionnées dans les récits, semblent avoir eu lieu vers la fin des années 1890. Il n’est par ailleurs jamais question de divorce dans l’oeuvre de Sôseki, la seule exception étant celle de Nami dans Oreiller d’herbes (Kusamakura, 1906) qui a dû quitter son mari après la faillite de la banque dont ce dernier était employé. La littérature, témoin de l’histoire sociale de l’ère Meiji ?

Pourtant ces couples n’apparaissent pas dans les romans pour illustrer simplement la solidité du mariage telle que la révèlent les statistiques. Sôseki en effet semble s’intéresser surtout à montrer les contradictions de couples mariés très peu harmonieux. Tout en vivant ensemble, ses personnages souffrent de malentendus, de silence, de soupçon, et parfois de mépris. La tension, souvent psychologique, qui sous-tend leur vie quotidienne, constitue l’objet du présent article.

Texte complet

Pour en savoir plus : La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Philippe Picquier, 2011

 

 

 

 

  Permalink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>